Demio, un acteur en pleine croissance dans le marché du biochar

Dernière mise à jour : 14 nov.


Alors que Carbonapp a pour mission la mise en œuvre de projets vertueux labellisés Bas Carbone, il est tout aussi intéressant de découvrir sa société sœur : Demio. Créée en 2018 par Gaultier Bernard, Demio est une start-up spécialisée dans la production de biochar, un produit plus que prometteur aux applications diverses, et pour lequel la demande ne cesse de croître.




Mais qu’est-ce que le biochar ?

Adoubé par le GIEC en tant que « negative emission technology » et pourtant encore méconnu du grand public, le biochar par ses multiples applications et sa formidable capacité de puits de carbone, apporte des réponses concrètes aux questions essentielles de notre époque. Fabriqué par pyrolyse à partir de résidus forestiers ou agricoles, son procédé de fabrication permet la création d’un flux gazeux à vertus énergétiques, mais aussi d’extraire le carbone stocké dans les végétaux. Qu’obtient-on ? Une poudre noire semblable à du charbon désagrégé mais pouvant améliorer la santé des sols, stocker durablement le CO2 sur plusieurs siècles et même purifier l’eau.


Cela semble trop beau pour y croire, mais les résultats sont là. Une fois répandu sur les sols, le biochar permet d’améliorer leur aération, leur capacité à retenir l’eau et les nutriments tout en diminuant les pertes par lixiviation. Grâce à ses multiples pores, ce produit possède également de magnifiques propriétés de séquestration des polluants. De cette manière, il sécurise le rendement des cultures mais réduit les apports en minéraux polluants au profit de l'organique tout en diminuant la demande en eau. Enfin, par sa composition riche en carbone et son processus de fabrication à bilan carbone négatif, le biochar est reconnu comme un puits à CO2 révolutionnaire, extrêmement stable une fois enfoui dans les sols.


Développer la production et la vente de ce charbon aux propriétés miraculeuses, aider à la lutte contre l’augmentation des gaz à effets de serre, tel est le pari pris par Demio, et plus précisément son fondateur Gaultier Bernard. Mais si l’entreprise a été officiellement fondée en 2018, son histoire remonte au-delà.

C’est en 2014, après plusieurs années en Russie que celui-ci a décidé pour la première fois de se pencher sur la pyrolyse. Après avoir découvert son usage pour les pneus usagés, il base le premier projet de Demio sur le réemploi des déchets à des fins énergétiques. Puis l’entreprise se tourne vers le biochar, lequel assure non seulement une matière première plus propre, mais aussi un procédé de fabrication plus respectueux et mieux maîtrisé.

Aujourd’hui, alors que l’usine de Normandie est en cours de fabrication, Demio peut déjà envisager la construction de deux sites supplémentaires pour 2023, compte tenu de l’état de son carnet de commandes. L’enthousiasme du marché est avéré, aussi bien côté acheteurs que producteurs, pour le biochar et ses applications vertueuses.


A une époque où les prix de l’énergie flambent et l’Europe cherche à se désengager des importations russes, la pyrolyse est une promesse d’autonomie, de souveraineté alimentaire et de développement économique, tant pour les territoires que les industriels. Le biochar quant à lui, entre les recommandations du GIEC et le soutien du marché des crédits carbone, connaît une croissance tout aussi formidable qui pourrait atteindre les 85% en 2022. Près de 40.000 tonnes de biochar auraient été produites au cours de l’année, soit l’équivalent de 100.000 tonnes de CO2eq pouvant être durablement stockées tout en assurant une meilleure santé des sols. De quoi faire rêver les entreprises de la décarbonation alors que le prix à la tonne de CO2 continue d’augmenter et que l'urgence de réduire et compenser nos émissions se fait toujours plus forte.


Par sa production de biochar, Demio apporte donc une réponse à plusieurs enjeux essentiels qu’il s’agisse de préserver des sols souvent déjà appauvris ou générer un puits de carbone stable.


Article rédigé par Axelle Rimpot