M. Moustache, l'exemple d'une bonne compensation carbone


M. Moustache, accompagné par Carbonapp, propose une nouvelle gamme de chaussures écologiques et éthiques (Maxence) dont l’intégralité des émissions résiduelles ont été compensées. Pour cela, le concepteur de la chaussure alternative a contribué au mieux en finançant un projet français, de qualité, et dans la filière dans laquelle il intervient. Au final, ce sont plus de 255 tonnes carbone qui vont être séquestrées dans les cinq prochaines années. Maxence, c’est une compensation carbone bien menée et gérée, mais aussi un ensemble de bonnes pratiques.



Une entreprise moderne :


Pour ceux qui la découvrent, M. Moustache est une marque spécialiste de la chaussure et de divers textiles jonglant entre style, écologie, éthique et modernité. Gros plus pour une fois, voilà une entreprise qui tient ses promesses et s’engage pour de vrai dans des démarches durables !

Preuve à l’appui, le projet auquel elle contribue possède de nombreuses qualités. Fini les projets financés à l’étranger sans réelle certification ni co-bénéfices. Depuis sa création en 2012, elle cherche à proposer le meilleur en matière de bonnes pratiques sociales et environnementales. Cela passe par la compensation carbone résiduelle.


Contribuer à un projet de qualité :


Carbonapp a mis en avant un projet représentant parfaitement les valeurs et les objectifs de M. Moustache pour la lancée de Maxence. En quelques points :

  • Un projet français (Moselle) : Au-delà de l’aspect logique de compenser là où on émet, contribuer à des projets en France permet de soutenir les acteurs locaux, de préserver les territoires français et de participer activement à l’atteinte des objectifs de neutralité carbone du pays.

  • Un soutien à la filière bovine : M. Moustache intervient dans le secteur de l’élevage bovin à vocation de production de viande, lui-même fournisseur de cuir pour l’expert de la chaussure. Soutenir cette filière revient à rendre l’activité de M. Moustache encore plus juste.

  • Des cobénéfices multiples : Ce projet aide au développement des prairies et pâturages, améliorant la qualité de la nourriture et du bien-être animal. L’exploitation tient également compte du respect de la biodiversité avec différents impacts favorables.

  • Une meilleure gestion des émissions : Les pratiques mises en place permettent la séquestration de carbone ainsi qu’une réduction marquante des émissions entériques bovines à travers différents leviers


Faut-il juste compenser ?


Bien sûr que non ! Si l’on compense l’intégralité de ce qu’on a émis pour le lancement d’un produit, on prend un rencard avec le greenwashing. La compensation carbone n’intervient qu’en fin de processus. Avant il faut chercher à éviter et réduire au maximum ses émissions (la Méthode ERC).


Bien deviné, c’est la méthode qu’appliquent M. Moustache et Carbonapp. L’entreprise met tout en œuvre pour limiter ses rejets de carbone avant de compenser. Évidemment, on n’arrive jamais à une émission 0, puisqu’il faut toujours émettre un minimum pour produire. Cependant, on peut compenser ce qui va rester, ce sont les émissions résiduelles incompressibles.


C’est ce que nous prônons chez Carbonapp, compenser seulement lorsque c’est nécessaire, et essayer de contribuer à des projets à haute qualité environnementale et sociale. Pour cela, les acteurs doivent emboîter le pas à une compensation volontaire juste. C’est pourquoi nous sommes ravis d’avoir pu apporter notre expertise aux objectifs de M. Moustache, l’un des pionniers dans ce domaine.



Une chaussure engagée dans l’éthique et l’ERC :


Ne nous méprenons pas, au-delà de la compensation carbone, Maxence est à l’image de la marque qui l’a produite : alternative et écologique. L’objectif étant de réduire au maximum l’empreinte et les émissions carbone des produits.


Car la compensation s’accompagne d’autres actions, la nouvelle chaussure de M. Moustache émet 55% moins de carbone qu’une paire de baskets standard. Elle est confectionnée à l’aide de produits végan et recyclés. En d’autres termes, on limite l’utilisation de cuir, de suède classique et d’autres produits plus polluants. Petit plus, les semelles sont fabriquées à l’aide de chaussures usagées récupérées en magasin. Là, on est sur une vraie démarche écoresponsable…



Sans oublier les autres engagements de l’enseigne, qui est en contact étroit avec Fairly Made voire Refashion afin d’améliorer constamment leurs bonnes pratiques. On parle souvent des méfaits du greenwashing en s’attardant sur les mauvais élèves, ce qui n’est pas le cas des paires Maxence. Oui, le suède végan émet toujours du CO2, mais bien moins que du suède conventionnel ou d’autres matériaux régulièrement utilisés. A nous de savoir faire la part des choses. A nous de trouver le juste équilibre en sachant féliciter les bons acteurs, ceux qui se donnent la peine de s’investir au mieux, même s’il reste toujours de quoi s’améliorer.

On ne vous présentera pas leur nouvelle paire aussi bien qu’eux. Pour découvrir qui est Maxence, c’est par ici : https://www.m-moustache.com/fr/monsieur/2360-17588-mmoustache-baskets-basses-maxence-hmonsieur.html#/24-taille-41